Théo Mercier ou la mort colorée